Leçon #2

Leçon 2 – Laissez votre bagage à la maison

Je trouve cela toujours très amusant quand j’entends des parents dire qu’ils envoient leurs enfants aux essais juste pour qu’ils aient du temps de glace supplémentaire ou juste pour qu’ils en fassent l’expérience ou juste pour savoir comment ils se comparent aux autres joueurs. Le meilleur, c’est quand ils disent que cela ne les dérange pas vraiment si leur enfant est choisi ou non! Qui paie pour participer aux essais et pour placer son enfant dans une situation stressante juste pour le voir monter sur la glace? Si vous voulez que votre enfant ait du temps de glace supplémentaire, amenez-le donc à une séance de patinage libre à la patinoire locale! Disons que cela compte plus pour vous que vous n’osez l’avouer!

Croyez-moi, je n’étais pas si différente, mais voici ce que j’ai appris. J’ai appris que lorsque mon fils jouait dans la ligue interne par comparaison à la ligne de hockey de compétition, les leçons qu’il a apprises sur le travail d’équipe, le respect des règles et les compétences de vie étaient les mêmes. Quand nous avons essayé de le pousser à un niveau de jeu pour lequel il n’était pas prêt, c’était à son détriment, et c’était une expérience horrible pour chacun de nous. Écoutez-moi quand je dis que vous avez tort de croire que l’expérience ultime de votre enfant au hockey est de jouer au niveau élite. L’amour du hockey, le temps passé avec votre enfant et les leçons qu’il apprendra se retrouvent à tous les niveaux de jeu. Si vous les laissez croire qu’ils sont inadéquats parce qu’ils ne jouent pas à un niveau supérieur, ils vont passer tout ce temps à croire qu’ils n’ont pas encore réussi. C’est le sujet du chapitre et de la leçon « Laissez votre bagage à la maison ». Si vous avez honte du niveau de jeu de votre enfant, vous devez vous demander pourquoi. Ne faites pas en sorte que votre jeune joueur se sente comme un moins que rien quand il fait de son mieux et quand il joue au niveau qui lui convient.

L’un des aspects les plus difficiles de la création de cette série de vidéos était d’entendre les commentaires de mon fils sur ma manière de gérer l’expérience de hockey en tant que mère. Quand il dit : « Je n’ai pas mis long à découvrir l’avantage des écouteurs! Je devais faire de mon mieux avant les matchs et les essais, et tout ce qui pouvait me rendre nerveux, et je devais éviter le stress que me causait ma mère. » C’était difficile à entendre parce que, à ce moment-là, je ne réalisais pas tout le stress que je lui causais. Je voulais qu’il joue bien pour que je puisse être fière, comme si c’était ma propre réussite.

De cette expérience, j’ai écrit la leçon 2, « Laissez votre bagage à la maison ». Voici un extrait tiré du livre :

Parfois, il faut se demander : « quand on crie sur les enfants à la patinoire, sur qui crions-nous vraiment ?». S’ils n’ont pas un bon match, de qui avons-nous honte? Je parie que si vous y pensez vraiment, le fait est que vous criez parce que vous ne voulez pas que les gens pensent que vous n’êtes pas conscients que votre enfant a gaffé. Il faut bien l’avouer, notre égo prend beaucoup de place! C’est l’expérience de nos enfants, pas la nôtre. C’est incroyable la liberté qu’on ressent quand on prend du recul. Mais moi aussi j’ai crié, j’ai marché de long en large, j’ai trouvé des excuses et je me suis sentie pire que mon fils après de nombreux matchs. Chaque fois que je faisais mienne cette expérience et que j’essayais de le protéger de ce que j’avais moi-même ressenti, je me sentais encore plus mal.

Morale de cette histoire : laissez votre bagage à la maison! Le seul bagage que votre enfant devrait apporter à la patinoire est son sac de hockey!

vidéo - https://www.youtube.com/watch?v=vBVtrRdK-l0

Écrit pas Allyson Tufts

Auteure conférencière et maman passionnée de hockey

Ne manquez pas la prochaine vidéo de la série, intitulée : « Les parents voient le hockey selon une perspective bien à eux ».

Pour en savoir plus sur la série ou pour acheter le livre, allez à www.lessonsfrombehindtheglass.com.

Cet article est la propriété d’Allyson Tufts et ne peut être utilisé sans sa permission.